Comprendre l’ISO en photo

Aucun commentaire

L’ISO est l’un des membres de notre triangle d’exposition. Si c’était un groupe de musique, l’ISO serait Ringo. Important, mais pas John ni Paul.

Une autre façon de regarder notre triangle d’exposition est de le voir comme une comédie romantique. Il y a une (certaine) logique dans ce que je vais vous présenter, alors laissez-moi une chance. Pour les plus rusés, vous verrez que c’est aussi un clin d’oeil à l’excellente description de Laurent 🙂

Alors, dans notre Rom-Com la demoiselle qui sera charmée à la fin du film, appelons la Exposition.

Le garçon sympathique et un peu trop honnête, on le surnomme Ouverture.

Le bad boy toujours prêt à partir à l’aventure? Vitesse, évidemment.

Et ISO? Je vous donne le choix. C’est soit l’ex un peu idiot qui apparaît à la moitié du film ou c’est l’ami en commun des deux soupirants, ami qui est un rockstar sur Tinder, mais incapable de s’embarquer dans une vraie relation. Bref, c’est un personnage qui ne sert qu’à montrer comment nos deux Roméo sont des meilleurs choix.

En photo, c’est à peu près pareil. On peut choisir l’ISO en dernier, une fois que l’on aura déterminé le rendu visuel de notre photo.

La place de l’ISO dans le triangle d’exposition

L’ISO nous permet d’augmenter la sensibilité de notre capteur à la lumière, au besoin. C’est une variable qui affecte l’exposition de la photo, donc sa brillance. L’ISO se lit généralement comme ISO 100, ISO 200 et ainsi de suite. Chaque fois que l’on double le chiffre, on double également la sensibilité du capteur. La conséquence c’est que l’on aura une plus grande flexibilité dans le choix de nos deux autres variables de l’exposition. En sachant que ces variables du triangle d’exposition ont des effets visuels – l’ouverture a un impact sur la profondeur de champ et la vitesse sur notre capacité à geler une action ou non – l’ISO à un effet visuel un peu décevant. Il ne fera que réduire la qualité de l’image si on l’augmente trop. On verra progressivement des petits grains dans l’image et une légère perte de contraste.

Je vous laisse des images qui décriront mieux l’effet que mes mots.

ISO beaucoup trop élevé pour avoir une photo qui n'est pas horriblement granuleuse.

ISO 25 600 – Si vous regardez attentivement, vous me verrez éventuellement à travers tout le grain. Je suis descendant irlandais, mais je n’ai généralement pas la barbe verte! C’est la faute du grain rouge, vert et bleu provoqué par un ISO élevé.
ISO 12 800 - Si je monte autant, c'est pour tester la caméra dans un contexte qui me dérange pas de perdre l'image si elle n'est pas très bonne.
ISO 12 800 – On utilise un ISO élevé lorsque nous manquons sévèrement de lumière.
ISO 6400 - Avec le temps, j'essaie d'acheter des lentilles plus lumineuses, avec des ouvertures de F1.8 ou plus grands, plutôt que de trop monter l'ISO.

ISO 6400 – pas mal de grain, mais moins visible si on ne zoom pas sur la photo.
ISO 3200 - Généralement ma limite, à moins de ne pas avoir de choix.

ISO 3200 – encore plus de grain que ce que j’aimerais.
La plupart des nouvelles caméras ont des capteurs très performants, même à des ISO relativement élevés.

ISO 1600 – le grain ne paraît pas trop au premier coup d’oeil. ISO 800 et moins, le grain est assez subtil avec les nouvelles caméras.


Avec l’ISO, il y a une question simple à se poser: Est-ce que vous préférez avoir une photo sans grain, mais floue – soit par manque de profondeur de champ ou parce que votre sujet est en mouvement – ou aimeriez-vous mieux une photo qui n’a pas de flou sur le ou les sujets, mais qui comporte du grain? Vous avez 1/30e de seconde pour trouver la réponse. Voilà le dilemme, on veut généralement garder notre ISO bas, pour ne pas réduire la qualité de l’image inutilement; mais on ne veut pas sacrifier le rendu visuel de l’image non plus, alors soyez sans pitié à monter votre ISO si votre sujet est flou. Cela prendra un certain temps à apprivoiser.

Comment choisir son ISO?

C’est un peu comme s’habiller pour aller dehors; plus il fait froid, plus on met de couches. Pas besoin de tuque l’été – si c’est votre cas, envoyez-moi une carte postale, j’ai toujours été fasciné par la Sibérie. Je vous Fedex un chocolat chaud si c’est un selfie avec un mammmmouth. Remplaçons la chaleur par la lumière. Plus il y en a, moins on a besoin de linge ou de sensibilité. Si vous avez votre carte de membre de spéléologie, vous aurez besoin de monter l’ISO. Et mettez votre casque avant de vous pratiquer à être Batman sous terre!

Règle générale, ISO 100 à 400 dehors, surtout s’il fait soleil. À l’intérieur, vous devrez généralement commencer à ISO 800 ou plus. Il y a tellement peu de lumière à l’intérieur c’est nécessaire, à moins d’avoir de grandes fenêtres.

La liste non infinie des ISO

Je vous laisse également une échelle des ISO comme celle visible dans l’article sur la vitesse d’obturation et celui de l’ouverture de l’objectif.

C’est le même principe, alors si on descend l’échelle, on double la sensibilité à la lumière à chaque étape. Et si on la monte, on coupe de moitié la quantité de lumière dans notre exposition. C’est cumulatif, alors il y a huit fois plus de lumière à ISO 1600 qu’à ISO 200. Il y a également des tiers de stops sur l’échelle, ce qui permet d’ajuster plus finement notre exposition.

Lorsque l’on va dans la colonne de droite, on ajoute 1/3 de sensibilité à la lumière

Cette liste d’ISO est non exhaustive, certains modèles de caméra ont des capteurs qui peuvent se rendre à ISO 500 000+ (la légende le dit, moi je suis pauvre!) ou à l’inverse on peut dans certains cas ajuster à ISO 50. Ces capteurs rendent l’exposition beaucoup plus facile, étant donné leur haute sensibilité, on peut plus souvent réaliser une photo dans des conditions lumineuses difficiles. Si vous avez appris la photo argentique jadis, essayez d’imaginer un film d’ISO/ASA 500 000.

Keanu Reeves Wow GIF - Find & Share on GIPHY

Et si vous vouliez faire une photo de hockey dans un aréna mal éclairé? De geler l’action du Crosby junior avec une profondeur de champ infinie et un zoom sur les narines du joueur. Je vous recommanderais de vous mettre au dessin ou à la peinture, au moins là vous aurez la chance de défier les lois de la physique et de gagner. Il y a généralement des limites jusqu’où l’on peut pousser nos variables dans des situations difficiles. Mais encore, je n’ai pas tenté le défi avec un ISO qui frôle le million.

La pratique pour comprendre le principe.

Parler de la photo argentique m’a mené à faire des recherches pour trouver du film encore disponible.


Un 36 poses d’Ektachrome se trouve pour 25$ ou vous pouvez stocker des photos digitales sur un disque dur externe à 100$ qui vous coûtera environ 0.03$ d’espace pour 36 poses digitales. Vos erreurs ne vous coûtent pas 1-2$ par coup.


Je vous lance un défi: dépensez 10cents pour vous pratiquer sur votre chat à l’intérieur à tous les ISO disponibles sur votre caméra. 100-200-400-800-1600-3200 et plus si vous l’avez. 

Alors, chers photographes, je vous dis à la prochaine!

Et n’oubliez pas de partager l’article, merci!

Nigel

Pour en lire davantage sur le sujet, voici une liste d’articles de mes camarades/Némésis/experts plus compétents :

Laurent Marie-Ange Sylvain

Participez à la discussion!