L'ouverture de la lentille en photographie

L’ouverture de la lentille

2 commentaires

L’ouverture de la lentille, mon premier amour en photo.

Pourquoi vous dites? Parce ce que c’est ce qui nous permet de créer un flou crémeux en arrière-plan quand on fait un portrait. Une grande ouverture d’objectif, c’est la marque d’un photographe pro ça, non? D’avoir juste des taches de couleur en arrière de mon sujet. Ça peut l’être, quand on commence et on veut sentir qu’on a eu une victoire.


J’ai tellement adoré l’effet, que pendant un an – 12 mois – 365 jours – la moitié de mes photos ont été prises à F2.0 ou plus petit. Là je viens d’en perdre quelques-uns, alors prenant quelques instants pour traduire le langage mystérieux des F. 


Avec une très grande ouverture d'objectif, on voit uniquement le visage et des couleurs.
Ça c’est à F2.0
Avec une ouverture légèrement moins grande, on comprend mieux le contexte de la photo.
Celle-ci est à F5.6
Généralement, on ne prend pas une petite ouverture pour un portrait.
Et enfin, une à F16 – en ma défense, cette photo était un test d’exposition

Remarquez que le flou sera progressivement moins présent plus le F est élevé. En d’autres mots, plus on ferme l’ouverture de l’objectif.

Il suffit de vous rappeler de cette formule: π(D/2)∄= π(f/2N)ς


Dans mon cas, pour ne pas l’oublier, je me le suis fait tatouer. Au cas où il y aurait des enfants qui lisent le blogue, par précaution je ne peux juste pas vous dire où je l’ai fait tatouer. Est-ce que je devrais vous expliquer la physique optique qui crée ce rendu? Je pourrais essayer, mais je vous avertis que mon dernier contact formel avec la physique était en 2000 et j’ai eu 70% à l’examen, alors je vous recommande plutôt la sagesse infinie de Wikipedia pour ce sujet.


Mais, la bonne nouvelle c’est que je fais de la photo tous les jours et on me donne des sous pour le faire, alors la physique je peux la laisser avec joie à l’ingénieur chez Canon. Je pense que vous pouvez en faire autant, surtout en commençant. Concentrez plutôt vos efforts sur l’effet visuel. Et si vous êtes un peu plus avancé et que vous lisez cet article, vous saurez peut-être que pour créer un flou de profondeur de champ, l’ouverture est seulement une des variables qui aura un impact sur le flou et même pas la plus importante. Mais ça, c’est pour la version future photographe de vous.

Imaginez que lorsque vous êtes débutant en photo ou dans n’importe quoi de nouveau, on doit vous raconter des histoires, comme à un enfant. Simplistes, mais qui permettent de ne pas être complètement paralysé par la quantité d’information. Est-ce que dans Cendrillon on passe 2 heures à expliquer les nuances des lois d’héritages agnatiques ou cognatiques ou de la géopolitique et des relations tendues entre vassaux du système féodal? C’est une vraie question, je n’ai pas écouté le film. Mais je soupçonne avoir la bonne réponse.

La nuit, nous sommes généralement obligé d'utiliser une grande ouverture de lentille.
Baboom le chasseur de dragon

La réponse courte en photo? Vous voulez du flou en arrière-plan? Cela vous prend une grande ouverture (souvent plus grande que celle qui est possible avec le zoom qui vient avec le kit). Une 50mm F1.8 de base serait alors un investissement précieux si vous aimez ce rendu visuel. Qualité/prix c’est la meilleure lentille chez toutes les grandes marques (150$-250$).

Les choix techniques et créatifs liés à l’ouverture de la lentille.

 
Alors avec l’ouverture, les F, le truc c’est que si le chiffre est bas, la lentille laisse plus de lumière entrer. Ceci aura deux conséquences, une technique et l’autre créative.

D’abord technique, à F4.0 on laisse plus de lumière entrer qu’à F8.0. Alors si on se rappelle de notre triangle d’exposition (cliquez pour lire l’article), il y a trois variables qui contribuent à l’exposition de notre image; s’il y a beaucoup de lumière qui entre à F4.0, on aura moins besoin de temps de pose ou de sensibilité ISO pour avoir la même exposition comparativement à une lentille qui serait ajustée à F8.0. Est-ce qu’il y a une formule mathématique pour nous indiquer la différence? Oui, mais on y reviendra parce que ce n’est pas aussi important que la conséquence créative.


Alors, d’une manière créative quel sera l’impact d’avoir une plus petite ouverture de lentille? L’effet visuel sera différent, la profondeur de champ ne sera pas la même. Encore le langage mystérieux qui revient. Qu’est ce que c’est la profondeur de champ? Une façon simple de l’expliquer est de dire que lorsque l’on fait une mise au point sur un sujet dans notre image, la caméra juge que ce point est net. Ensuite, progressivement on va perdre de la netteté devant ET derrière ce point, qu’on devrait même décrire de plan plutôt que point. Dans les deux directions, on va progressivement avoir du flou. Plus l’ouverture de la lentille est grande, plus le flou sera prononcé. Si l’ouverture est suffisamment petite, on ne verra pas de différence de netteté, elle sera trop minime. 

Une grande ouverture d'objectif permet de créer du flou en arrière-plan.
Notre mise au point peut être sur l’avant-plan…
Une grande ouverture de lentille permet de créer du flou en avant-plan aussi.
…ou sur l’arrière-plan
Et une petite ouverture de lentille nous donne une profondeur de champ presque infini.
Si on veut que tous nos plans soient nets, on utilise une petite ouverture (F14+)

La liste infinie des F


Maintenant que l’on comprend le principe, que l’ouverture nous permet de créer un flou où se place nos mathématiques? Je vous donne une échelle des ouvertures et je vous laisse deviner la formule. (S’il vous plaît, ne partagez pas la réponse sur Facebook pour dire que vous êtes un génie, mon blogue à une réputation à maintenir 😉 )


F1.4

F2.0

F2.8

F4.0

F5.6

F8.0

F11

F16

F22

F32


Chaque fois que l’on descend dans l’échelle, on coupe la lumière de moitié. Je parie que vous avez deviné que l’on coupait du quart. Entre F4.0 et F8.0 il y a quatre fois moins de lumière qui entre dans la lentille, pourtant on pourrait deviner que F4.0 serait deux fois plus lumineux que F8.0. Il ne faut jamais faire confiance à la physique, c’est un traître. 

Si on descend l’échelle, on coupe de moitié la lumière à chaque étape. Et si on la monte, on double la quantité de lumière. C’est cumulatif, alors il y a seize fois moins de lumière à F8.0 qu’à F2.0.


Mais pourquoi il est écrit F3.5 ou F7.1 sur mon appareil vous dites? Parce que l’on peut changer plus finement la quantité de lumière qui entre dans notre caméra. Je ne vais pas vous expliquer le principe des stops ici, il y aura un article futur sur le sujet. Mais sachez que vous n’êtes pas obligé de couper de moitié ou de doubler la quantité de lumière qui entre dans votre appareil, ce serait très difficile avoir une exposition correcte. En fait, vous pouvez toujours faire trois coups sur votre molette avant d’avoir doublé. Ces tiers de stops sont présents dans toutes nos variables du triangle d’exposition, pas juste sur l’ouverture de l’objectif. Je vous laisse une échelle plus complète ici pour les ouvertures. Pas besoin de la mémoriser, il suffit de comprendre le principe.

La vraie liste infiniiiiiiiiiie des F

Lorsque l’on va dans la colonne de droite, on coupe de 1/3 la lumière


Est-ce que vous aimez le chocolat? Si oui, – et la réponse devrait être oui, qu’elle genre de monstre êtes vous? – allez vous chercher un biscuit, parce que franchement, personne ne devrait subir une échelle complète d’ouverture à jeun de cacao. 

Quoi faire avec les F? Comment les changer?

Sur votre caméra vous avez sans doute remarqué les lettres P A S M pour Nikon et P Av Tv M pour Canon sur votre molette sur laquelle il y a le carré vert complètement automatique. Moi, mon grand chum c’est le Av (A pour les nikoneux). Le A signifie Aperture – ouverture en français. Et pour Canon, c’est Aperture value. 

Si ma molette se brisait sur ce mode et que je ne pouvais plus le changer, je ne sais pas si j’achèterais une nouvelle caméra. En studio et en photo de paysage, cela serait un inconvénient, mais autrement, 90% du temps c’est le mode par excellence.

 
Comment le mode Av/A fonctionne?

Lorsque l’on est en mode Av/A, nous pouvons intervenir pour faire le choix de l’ouverture d’objectif. La caméra va alors prendre en charge de calculer la vitesse d’obturation (et l’ISO si vous l’avez laissé en automatique). C’est un mode précieux, car à mon avis la profondeur de champ est la variable visuelle la plus importante dans la majorité des photos.

La caméra est une très bonne machine. Pour faire des calculs, c’est dur à battre. Est-ce que je veux toujours me casser la tête en mode complètement manuel pour pouvoir dire que je suis un vrai photographe qui décide de l’ensemble des variables dans ma photo. La réponse courte est que je préfère mettre le peu d’énergie intellectuel que j’ai vers la composition de ma photo. Si contrôler mon ouverture à l’aide du mode Av/A me permet de mieux mettre en valeur le sujet de ma photo, de décider si je veux qu’il y ait un flou de profondeur de champ (ou pas) je fais confiance à la caméra pour calculer le temps de pose. Ça lui fera plaisir.

Et si la vitesse d’obturation ou l’ISO, les deux autres variables de l’exposition, n’ont pas un impact visuel sur l’image, est-ce que mon efficacité/lâcheté sera récompensée? Oui. Le mode manuel à sa place dans mon processus, lorsque je dois fournir une série d’images en studio avec exactement la même exposition par exemple, mais autrement, ne vous faites pas chiez avec ce mode pour rien. Il décourage rapidement les nouveaux, c’est intimidant.


Si vous n’êtes pas encore certain si le temps de pose aura un impact visuel sur l’image, j’ai un article en production sur la vitesse d’obturation, alors soyez patient 🙂

Quelques cas pratiques

Je suis dehors et j’ai envie de réaliser un portrait.

Analysons nos conditions lumineuses, après tout, c’est notre ressource naturelle. 

Je n’ai pas le même défi dehors que de poser dans une maison. Je ne manque pas de lumière. Sa qualité peut être douteuse des fois, trop contrastée, mais on pourra se soucier de ce problème à un autre moment.

L’ouverture pour un portrait

En porrtait, on utilise souvent une grande ouverture pour que le visage soit net et le reste flou.
J’ai une ouverture de F6.3, relativement grande, afin d’avoir un peu de flou en arrière-plan, mais je ne veux pas non plus juste une grosse tache bleue, le contexte de plage est important aussi.

J’ai l’embarras du choix pour mes variables de l’exposition. Je ne manque pas de lumière, alors je pourrais prendre une photo à main levée à F16 sans que ma vitesse d’obturation devienne trop lente pour être capable de tenir ma caméra sans introduire du flou. J’ai choisi F6.3 pour avoir un certain flou, mais pas trop. Est-ce que la photo aurait été drastiquement différente à F5.6 ou à F7.1, les deux ouvertures voisines? Non, pas particulièrement. Le rendu serait très différent à F1.8 ou à F11, on verrait des extrêmes de profondeur de champ, mais on a généralement un peu de jeu dans nos variables pour avoir un résultat similaire.

L’ouverture pour une paire de jambes poilus*

Nous ne sommes pas obligé de juste se concentrer sur un visage.
J’ai une ouverture très lumineuse pour cette image, F2.5. Avouez que vous êtes ébloui!

*sera une question à l’examen

Dans ce chef-d’oeuvre, je n’utilise pas une grande ouverture pour concentrer le regard sur ce spécimen de jambes mâles impeccable (bah, pas juste pour ça). Plutôt, c’est en début de soirée sur un bateau et je n’ai simplement pas assez de lumière pour utiliser une plus petite ouverture. Vous serez régulièrement confronté à des situations qu’il vous manque de ressource naturelle – d’éclairage – afin d’utiliser l’ouverture pour un rendu créatif. Vous allez vite apprendre à faire des compromis lorsque vous prenez des photos à l’intérieur. Il fait tout simplement trop sombre.

L’ouverture pour une photo de paysage

En photo de paysage, on utilise traditionnellement une petite ouverture pour ne pas avoir de flou de profondeur de champ.
Ici, je veux une profondeur de champ infini. Donc que l’avant et l’arrière-plan soient nets. F14 est l’ouverture sélectionnée.

Ici, nous avons le soleil pour nous aider à bien éclairer notre sujet. Néanmoins, je dois faire un compromis, le temps de pose est lent, une demi-seconde. Cela nécessite un trépied pour stabiliser la caméra durant l’exposition de l’image. Une très petite ouverture coupe assez drastiquement la quantité de lumière qui entre dans la caméra. On doit toujours compenser avec une de nos deux autres variables (la vitesse d’obturation ou l’ISO.) En photo de paysage, habituellement on travaille avec un trépied pour ne pas avoir besoin de monter beaucoup notre sensibilité ISO et ainsi ne pas dégrader la qualité générale de l’image. Détails à venir dans l’article sur L’ISO :).

J’espère que l’article vous aura éclairé (Har Har) sur certains aspects nébuleux (bon j’arrête) de l’ouverture de la lentille. Vous pouvez lire des articles sur les deux autres variables du triangle d’exposition en suivant ces liens: La vitesse d’obturation et l’ISO en photo.

Alors, chers photographes, je vous dis à la prochaine!

Et n’oubliez pas de partager l’article, merci!

Nigel

Pour en lire davantage sur le sujet, voici une liste d’articles de mes camarades/Némésis/experts plus compétents :

Laurent Virginie Clément Fabien

2 commentaires sur “L’ouverture de la lentille”

  1. Intéressant c’ est toujours de mise une petite révision des notions de base triangle d’ exposition…merci!

Participez à la discussion!