Le mode de mesure de votre caméra indique au posemètre quelle partie de l'image évaluer pour l'exposition

Le mode de mesure – la différence entre spot, matricielle et pondérée centrale

Aucun commentaire

Le mode de mesure de votre caméra va permettre à celle-ci de juger d’une bonne exposition pour votre photo. Nous verrons que la caméra peut se tromper dans certains cas, mais cela se corrige si on réfléchi à comment elle mesure la lumière. Votre appareil voit le monde d’une manière assez unique, en 18% de gris. Si vous avez manqué l’article, je vous recommande de lire sur le posemètre en premier.

Et si vous avez besoin d’un rappel général de l’exposition, il y a toujours le triangle d’exposition à prendre en compte. Lorsque vous êtes dans un mode semi-automatique comme la priorité ouverture ou la priorité vitesse, vous faites le choix d’une variable, l’ouverture pour la priorité ouverture et votre appareil fait une mesure de la lumière ambiante et va ajuster l’exposition en conséquence avec la vitesse pour vous donner une image exposée en moyenne à 18%. Ou vice versa si vous êtes en mode priorité vitesse. C’est même valable si vous photographier uniquement en mode automatique. Il existe par contre plusieurs modes de mesure qui vont changer comment la caméra mesure ce 18%. Je fais un survol très rapide sur l’exposition, puisque j’ai déjà plusieurs articles sur le sujet.

Sur votre appareil, si vous fouillez dans vos menus, vous devriez trouver les modes de mesure évaluative ou matricielle (selon la marque), spot, plasma quantique et pondérée centrale . Simple et évident. J’ai seulement inventé un seul dans le lot (je n’ai pas de doute que plasma quantique se retrouvera sous peu dans les menus infinis de Sony). Alors c’est raté pour l’évident, mais on va tenter de simplifier.

18% de gris est l'objectif du posemètre, le mode de mesure sélectionné va faire une mesure plus ciblé dans l'image.
Par défaut, la caméra va rendre une scène avec une moyenne de brillance de 18%.

En fait, ces différents modes de mesure de la luminosité vont prioriser une certaine portion de votre photo afin de mesurer ce que la caméra juge être une bonne exposition. Rappelons-nous toujours du 18% de gris que le posemètre vise comme objectif.

Alors si la caméra mesure ce gris dans différentes parties du cadre, comment ça marche pour chaque mode?

La mesure matricielle ou évaluative

Le mode de mesure de votre caméra indique au posemètre quelle partie de l'image évaluer pour l'exposition
Une mesure matricielle ou évaluative va faire une moyenne de l’ensemble de votre cadre.
L’icône mesure évaluative sur Canon.

Pour simplifier, imaginez que je suis chasseur d’original. Sans mes lunettes. Myope comme je suis, je serai potentiellement capable de différencier ma proie d’un arbre. Pour compenser, je vais utiliser une mitraillette et simplement balayer à l’aveugle. Je vais probablement atteindre ma cible, mais aussi tous les écureuils, hiboux, marmottes et compagnons de chasse qui ont la mauvaise fortune de se retrouver dans cette forêt en fromage suisse. Ça c’est le mode évaluatif ou matriciel.

L’icône mesure matricielle sur Nikon.

La caméra va simplement faire une moyenne générale de l’ensemble de votre photo pour avoir un cadre qui fait 18% de gris dans son ensemble. C’est censé être légèrement plus sophistiqué; le mot « algorithme » reviendrait à plusieurs reprises pour bien l’expliquer, mais pour nous, cela suffit. Généralement, ça fonctionne très bien, pourvu que nous n’ayons pas un sujet qui est particulièrement sombre ou brillant comparativement au reste du cadre.

Quand utiliser le mode de mesure évaluative ou matricielle?

C’est un mode qui est assez fiable et qui va tenter de ne pas surexposer des parties de votre photo. Dans la pratique de tous les jours, vous pouvez laisser l’appareil dans ce mode. Je n’y fais pas confiance en contre-jour par contre. Vous aurez plus de succès avec la mesure spot dans ce cas.

Je vous recommande même ce mode par défaut. Je ne me rappelle pas de la dernière fois que j’ai changé mon mode de mesure. Je vous présente les autres quand même, mais je vous expliquerai ma pensée à la fin de l’article.

La mesure pondérée centrale

Le mode de mesure pondérée centrale va accorder plus d'importance aux éléments au centre de la photo pour évaluer la bonne exposition.
La mesure pondérée centrale va accorder une priorité à la partie centrale de la photo pour calculer l’exposition.

Plutôt que de chasser à la mitraillette, qui est terriblement idiot, je vais changer de tactique. Un bâton de dynamite serait bien plus fiable et sécuritaire. Avec lunettes de protection évidemment. Dans cet exemple, tout ce qui se retrouve près du point d’impact sera précuit et progressivement la dévastation va diminuer en s’éloignant du centre. En mode de mesure pondérée centrale, la caméra va accorder une priorité à la partie centrale de l’image et progressivement ignorer les bords du cadre. Si votre sujet se retrouve près du milieu, la mesure devrait être bonne. Comme le portrait ci-haut qui est légèrement sous-exposé, mais pas sur le visage de notre vrai sujet.

L’icône mesure pondérée centrale sur Canon
L’icône mesure pondérée centrale sur Nikon

Quand utiliser le mode de mesure pondérée centrale?

C’est probablement un très bon mode. Si vous avez déjà l’habitude de l’utiliser, il serait bien de rester dans ce mode, plutôt que de changer pour la mesure évaluative ou matricielle. Dans l’application sur le terrain, il n’y a pas tant de différence entre la mesure évaluative/matricielle et la pondérée centrale.

Je ne l’utilise jamais personnellement. Mais c’est une alternative valable. Dans tous les cas, ce sont des modes qui font une évaluation générale de la luminosité de votre cadre.

La mesure spot

Une mesure spot est utile dans des conditions très contrastées.
Si votre sujet est illuminé beaucoup plus que le reste du cadre, une mesure spot directement sur le visage de mon sujet me donnera une exposition appropriée pour ce SUJET.

Et le spot? Disons que je suis particulièrement doué à la chasse et que je ne jure que par l’arc à flèche. Justement, on me fait régulièrement la remarque que j’ai la gueule de Legolas. C’est un outil bien plus préci et en prime j’ai également retrouvé mes lunettes pour cet exemple. Le seul hic, c’est que ma marge d’erreur est assez mince. Si je rate mon coup, j’ai une tonne de mammifère marabout capable d’atteindre une vitesse étonnante et surtout inattendue qui a soudainement une ferme envie de faire ma connaissance.

L’icône spot dans votre menu

Si vous ajustez votre caméra en mode spot, elle fera la mesure de l’exposition sur seulement un très petit point dans votre photo. Généralement 1-2% du cadre qui se retrouve juste au centre ou – sur certains modèles d’appareil – sur le point actif de votre mise au point. Bref, c’est une façon de faire une mesure très exacte sur votre sujet, tant que vous maîtrisez bien l’outil.

Le danger du mode spot, c’est que si on oublie l’appareil dans ce mode, vos photos auront des expositions drastiquement différentes si votre zone spot touche une partie sombre ou brillante de l’image. Cette partie sera rendu à 18% de gris dans l’exposition. Alors, comme dans la photo ci-dessous, on peut avoir des surprises si ce n’est pas notre objectif de départ de seulement montrer l’intérieur du four d’une souffleuse de verre. Parce que c’est un élément extrêmement brillant, la caméra va exposer cette partie de l’image à 18% et tant pis pour le reste du cadre.

Le mode de mesure spot va donner une exposition très précise, mais seulement sur l'élément qui est couvert par le petit point du spot.
Le four à 2000˚C est bien exposé, le reste? Pas tant.

Quand utiliser le mode de mesure spot?

L’usage le plus fréquent à mon avis serait pour faire un portrait à contre-jour. Étant donné que le visage est dans l’ombre et l’arrière-plan très brillant, la moyenne que la caméra fera avec une mesure généralisée ne sera pas flatteuse pour notre sujet. Il faut nécessairement sur exposer l’arrière-plan pour que le visage soit suffisamment brillant. Une mesure spot directement sur le visage nous donnera la bonne exposition.

Dans des conditions lumineuses contrastées, la mesure spot nous aide grandement à avoir une exposition appropriée.
Cas particulier ici, à contre-jour, mais avec un arrière-plan également dans l’ombre. La caméra aurait naturellement tendance à surexposer cette image pour rendre l’arrière-plan plus brillant. Avec une mesure spot, le visage est bien exposé.

La mesure spot est également intéressante à utiliser lors d’un spectacle. Les faisceaux sont concentrés sur l’artiste et le reste de notre cadre devrait être un peu plus foncé.

Pensez aux modes de mesure comme à une langue. Même si l’espagnol est parlé en Espagne et en Argentine, il y aura des particularités locales dans chaque cas. L’accent change, il peut y avoir des expressions ou mots propres à chaque pays et ainsi de suite. Et le mode spot c’est l’équivalent de l’accent écossais. Il n’y a qu’une infime partie de la population qui le comprend.

Les autres solutions à l’exposition

Personnellement, j’aime mieux laisser la caméra dans un mode fixe, la mesure matricielle ou évaluative dans mon cas, et faire des ajustements à mon exposition par d’autres moyens (soit en mode manuel ou avec la compensation d’exposition). La mesure spot est un outil vraiment intéressant à utiliser afin de bien exposer un sujet unique dans une image. Il suffit d’ajuster notre point spot sur ce sujet et la caméra se charge de l’exposition. Le danger, surtout pour un débutant, c’est d’oublier de changer cette mesure pour une version plus généralisée par la suite. La luminosité de vos photos ressemblera à une montagne russe si vous ne remettez pas votre caméra sur un mode de mesure plus général.

La mémorisation d’exposition

Il y a un autre petit truc que je n’utilise pas beaucoup. Sur le derrière de votre appareil, il devrait y avoir un petit bouton avec un *. (Je crois que sur Nikon c’est écrit AE-L plutôt que *) Si vous tenez enfoncé ce bouton, la caméra va mettre en mémoire l’exposition de votre cadre et vous pourriez recadrer votre image et prendre une photo avec l’exposition mémorisée.

En quoi cela peut nous être utile? Je dirais que lorsque vous avez une fenêtre dans votre photo, vous pourriez cadrer votre image dans une partie de la pièce où il n’y a pas de fenêtre, tenir le * enfoncé, revenir à un cadre avec la fenêtre et prendre votre photo. Ainsi, la caméra n’aura pas été confuse par la grande fenêtre lumineuse dans votre photo finale, elle aura déjà mesuré une exposition appropriée pour la lumière ambiante de la pièce sans la fenêtre.

Cette technique est bonne à utiliser dans n’importe quelle situation très contrastée. De plus, vous pouvez combiner cette mémorisation d’exposition à la mesure spot. Puisque la mesure spot est seulement possible à faire au centre de votre viseur sur certaines caméras, cela engendre un problème majeur. Est-ce que votre sujet se retrouve toujours en plein milieu de votre cadre? Probablement pas. Vous pourriez donc viser votre sujet avec le collimateur du milieu dans votre viseur, cela va dire à la caméra d’exposer pour ce petit point. Ensuite, vous tenez enfoncé le * et recadrer votre image avec votre sujet au bon endroit. Clic et votre photo devrait bien exposer votre sujet.

La mémorisation d'exposition nous permet d'éliminer des parties de l'image que l'on ne veut pas tenir compte dans notre exposition.
Je surexpose mon ciel pour mieux voir le détail sous l’eau. Si je remplis mon cadre juste de la mer, sans ciel, je peux mémoriser cette exposition et recadrer avec le ciel.

Est-ce que je recommande cette gymnastique d’exposition? Pas tant, mais c’est une solution possible. Je tiens à vous expliquer les différentes façons de régler des problèmes. Je suis un gars simple et quand je trouve une solution à un souci, je tends à l’utiliser tant que je peux. * n’est pas MA solution. Mais cette option sera peut-être VOTRE solution. Pour moi, c’est la compensation d’exposition qui est reine.

Les défis d’exposer une photo contrastée

Au fond, on se retrouve toujours avec le même problème dans des scènes contrastées. Le capteur de la caméra n’est juste pas assez sensible pour montrer du détail dans les ombres ET dans les hautes lumières.

Le compromis technique du posemètre est que si vous photographiez dans des conditions très contrastées, la caméra cherche un milieu entre les deux extrêmes. Ce compromis fonctionne rarement: Les parties trop brillantes sont tout de même brillantes et les parties sombres le sont trop également. Aussi bien faire un choix, soit que l’on montre clairement la partie plus éclairée, sinon on laisse la partie brillante volontairement surexposée afin de voir du détail dans notre sujet plus sombre.

Ici, la caméra fait une moyenne pour équilibrer la brillance du soleil. L’inconvénient est que mon surfer devient très sombre.

Dans mon cas, j’ai pris l’habitude de régler la majorité de mes problèmes d’exposition grâce à la compensation d’exposition et l’article complet est maintenant en ligne. Je sais, c’est comme écouter une série télé américaine avec une fin d’épisode en suspense. Mais je ne le fais pas volontairement, je n’ai juste pas le temps d’écrire sur le blogue plus qu’un article à la fois 🙂

Alors, chers photographes, je vous dis à la semaine prochaine!

Et n’oubliez pas de partager l’article, merci!

Nigel

Participez à la discussion!